Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
CERCLE DES AMIS DU VILLAGE BORMES LES MIMOSAS

Les inégalités territoriales menacent notre société et nourrissent les extrêmes ...

27 Avril 2017 , Rédigé par CERCLE DES AMIS DU VILLAGE

L'aménagement du territoire, tel que pratiqué depuis quelques décennies en France, a conduit à un émiettement méthodique du territoire national. Ce morcellement commence par la façon même dont on nous invite à comprendre notre pays. En effet, la grille de lecture qui s'est imposée progressivement aboutit à classer les citoyens par catégories artificielles: urbains, ruraux, semi-ruraux, rurbains, banlieusards, péri-urbains... Cette facilité intellectuelle est finalement devenue la boussole de toutes les décisions politiques en lien avec l'aménagement du territoire.

 

Le principe d'efficacité territoriale imagine , d'un côté, des métropoles surdimensionnées et mondialisées au sein desquelles la richesse serait produite, et de l'autre, des espaces dortoirs ou récréatifs condamnés à bénéficier d'une redistribution, d'une économie de seconde division. Le seul principe d'efficacité territoriale et d'optimisation économique est sur le point de prendre définitivement le pas sur la justice territoriale et le bien-être des populations.

 

Les inégalités territoriales ne sont pas uniquement un concept abstrait mais se traduisent par la disparition des services publics et le départ d'entreprises.

Ces inégalités territoriales ne sont pas uniquement un concept abstrait, émanant de quelques géographes ou sociologues, mais se traduisent, pour un nombre croissant de territoires, par la disparition des services publics, des difficultés d'accès aux soins, la destruction de commerces de proximité et le départ d'entreprises en raison d'un écosystème local, social et économique anéanti. Le sentiment d'abandon et d'injustice traverse ces espaces géographiques et ces derniers deviennent le creuset de la désespérance. La création de fossés infranchissables entre les territoires de notre pays est aujourd'hui une bombe à fragmentation qui menace notre cohésion sociale et nourrit la montée des extrêmes .

Il est donc temps de ne plus aménager les territoires mais bien de les "ménager", d'en prendre soin.  Les énergies renouvelables, l'agriculture biologique, le numérique, le développement du télétravail ou encore l'écotourisme sont autant de leviers qui ne demandent qu'à être amorcés au service de territoires en déprise. La transition écologique est une formidable opportunité pour amorcer cette politique de réconciliation territoriale sans laquelle nous n'enrayerons pas l'érosion du modèle républicain.

"Huffpost"

 

Lire la suite

#Bormes accueille ... la FNAC !

27 Avril 2017 , Rédigé par CERCLE DES AMIS DU VILLAGE


Dans la tradition d'accueil de Bormes s'eut été un bonheur et un honneur de recevoir une enseigne culturelle aussi prestigieuse ... mais dans le contexte de désertification commercial des centres ville, nous nous voyons obligés de réagir.

Que vont devenir nos petits commerces de produits culturels et technologiques locaux ?.
Ils ne résisteront pas à l'offre du géant FNAC et encore une fois, l'installation de cette enseigne aurait du être débattue en conseil municipal.

J'entends souvent, Mr. le Maire, dire que le commerce est libre ... et que les pouvoirs publics ne peuvent pas intervenir dans l'installation des commerces .... ce n'est pas tout à fait exact.

Dans le TFUE, certains principes généraux du droit européen, qui constituent des "raisons impérieuses d'intérêt général" au sens de la directive "service" figurent dans les dispositions du traité (art7 à 17) autorisent les pouvoirs publics à orienter les aménagements commerciaux de leur commune.
En d'autre mots, les Maires peuvent intervenir dans la régulation de l'installation des commerces sur son territoire. 
Demander au Maire Bernardi si il a autorisé la présence d'un sex shop sur sa commune ?

Alors que La FNAC se prévaut de l'exception culturelle nationale et était associée aux grandes villes, l'enseigne multiplie son offre de points de vente dans des petites villes rurales.

Pourquoi l'équipe Arizzi se plait elle tant à défendre les intérêts des enseignes de Grandes Surfaces et ne défend elle pas ses propres commerçants ?.

L'épisode de la "pseudo" pétition est passée chacun retourne à ses petites affaires convaincu que le peuple ne bougera pas ...

"Cercle des Amis du Village"

 

Lire la suite

#Bormes urbanisme...pourquoi les "pauvres" doivent ils vivre dans un environnement moche ?

15 Avril 2017 , Rédigé par CERCLE DES AMIS DU VILLAGE

#Bormes urbanisme...pourquoi les "pauvres" doivent ils vivre dans un environnement moche ?
 
C'est connu, les pauvres sont moches et les riches beaux, c'est pas nouveau. ... Les pauvres sont plus gros que les riches ... les pauvres ont besoin de moins de place pour vivre ...
autant de clichés qui ont la peau dure.
 
C'est pareil pour le quartier de la Gare qui se construit !
 
Pourquoi Madame Darnault (1er Adjointe) ne fait elle pas construire les magnifiques résidences du quartier de la gare dans son précieux Cap Bénat ?.
 
Notre Maire aurait pu éventuellement défendre la qualité de vie des riverains plutôt qu' aider les promoteurs à construire des logements supplémentaires et dégrader le paysage et la qualité de vie.
 
 
Des Associations se sont battues et se battent encore pour protéger votre environnement contre l'appétit des promoteurs et aménageurs.
Des personnes de bonne volonté se sont battues pour protéger votre environnement, je voudrais citer l' UDVN 83
(Union Départementale du Var pour la sauvegarde de la Vie et de la Nature) qui s'est battue pour protéger votre cadre de vie.
 
Pour le quartier de la Gare, de nombreux recours ont été déposé en vain !
Les recours ont été épuisés .
La justice a tranché.
Selon que vous soyez puissant ou misérable ...
 
L'histoire n'est pas finie et "les pauvres" auront toujours les urnes pour se prononcer !
 
"Cercle des Amis du Village"
 
Lire la suite

#Bormes les orientations budgétaires 2017 … rien pour le village !

11 Avril 2017 , Rédigé par CERCLE DES AMIS DU VILLAGE

#Bormes les orientations budgétaires 2017 … rien pour le village !
 
Alors que le Village doit faire face au risque de dévitalisation et dans un contexte budgétaire difficile, les projets de 2016 sont repoussés en 2017 et faute d'investissement le seront en 2018 …
Nos élus sont gagnés par l'immobilisme imposé par un étranglement financier.
Les sources de financements se tarissent, un département à l'agonie par une gestion calamiteuse de son président Marc Giraud (Cour des Comptes), des fonds régionaux PACA (FRAT) déjà épuisés …
C'est Vinci, Orange, Carrefour, Engie (Suez), Bouygues ,Unibail et les banquiers qui se sont infiltrés dans les Conseils Municipaux en proposant de financer les projets d'aménagements.
 
Des projets d'Avenir irréalisables et des projets remis aux Calendes Grecs peuvent laisser une impression de dynamisme mais la réalité est plus dure pour les citoyens qui vivent dans la réalité.
Rien de structurant n'a encore été mis en place pour l'Avenir de Bormes si ce n'est quelques effets de manche médiatiques.
 
Thomas Hinderyckx
"Cercle des Amis du Village"
 
Lire la suite

#BormesLesMimosas  désertification ... le village n'y échappe pas !

4 Avril 2017 , Rédigé par CERCLE DES AMIS DU VILLAGE

#Bormes désertification ... le village n'y échappe pas !

Selon les chiffres de la fédération pour l'Urbanisme, les villes moyennes voient leur centre-ville se déserter petite à petit.
Les boutiques ferment les unes après les autres.


Est-ce la faute des Centre-Commerciaux en périphérie, qui tuent le commerce de proximité en centre-ville ?
Oui, mais pas que. En cause, également l'urbanisme. 
Les maires ont souvent fait bien des efforts pour embellir, pour animer leur centre-ville, mais ils ont négligé la question de la mobilité avec peu ou pas de transport public, des parkings payant qui sont souvent compliqués, en sous-sol. 
Résultat, les centre-villes sont désertés. 
Résultat, les centre-villes se paupérisent avec même des conséquences politiques. Car cette désertification participe au sentiment d'abandon. Les commerces ferment, les services publics s'en vont, il y a moins de passage, moins de lumière et plus d'insécurité. C'est le déclassement.

 

 

Lire la suite